Stop sida


ss_tt_sidamst_c_quoi

                                                                                                                                                           
Le sida est la phase grave et tardive de l’infection             par le virus d’immunodéficience humaine (VIH).             Sida est l’abréviation de syndrome d’immunodéficience             acquis, ce qui signifie que le sida n’est pas une maladie             héréditaire, mais qu’elle se transmet par voie             sexuelle, par voie sanguine, par voie transplacentaire (mère-enfant).             En l’absence de tout traitement pour atténuer la progression             et l’action du virus, le sida se déclare plus ou moins             rapidement : l’issue est inévitablement mortelle.
 
>> Le virus
Comme tout virus, le VIH se reproduit et se développe             à l’intérieur des cellules d’un hôte             bien spécifique. Celui du VIH est l’être humain.             Il se loge plus particulièrement dans les cellules du système             immunitaire et détruit certains globules blancs, les lymphocytes             T4. Le virus prolifère au sein des cellules qu’il             a infect&eacutees lesquelles, avant d’être détruites,             produisent de nouveaux virus qui vont infecter d’autres cellules.             C’est le phénomène de la réplication             virale.
            L’être humain a normalement dans le sang entre 800 et             1000 lymphocytes T4 par millimètre cube : on parle de sida,             ou sida déclaré, lorsque le nombre de lymphocytes descend             au-dessous de 200.
            Toutes les personnes infectées par le VIH ne sont pas automatiquement             malades du sida ; par contre, porteuses du virus, elles sont             susceptibles de le transmettre.
 
>> Etre séropositif
Dès la contamination, le virus se             diffuse et se reproduit rapidement dans l’organisme,             puis se stabilise à un niveau qui varie d’une personne             à une autre. Cette période peut passer inaperçue             ou se manifester par un état grippal qui disparaît de             lui même au bout de quelques semaines. Pourtant, pendant cette             phase, l’organisme est envahi par le VIH : le sang et les sécrétions             sexuelles sont remplis d’une grande quantité de virus,             les contacts sexuels non protégés sont particulièrement             infectieux.

visu1La fin de cette phase que l’on appelle                   « primo infection » correspond à la                   période appelée « séroconversion                   ». Traduction : quelques semaines après la                   contamination, l’organisme produit des anti-corps pour                   lutter contre le VIH. C’est la présence de ces                   anticorps que l’on détecte par un test de dépistage                   qui permet de déclarer que la personne est séropositive.                   Le virus reste actif, mais se reproduit lentement et ne provoque                   généralement pas de signes extérieurs visibles.                   

Liens :
                  - Comment                   ça se transmet ?
                  - Le                   dépistage

                                                                                       
>> Ca se soigne ?
Le sida se soigne, mais ne se guérit             pas.
            Au fur et à mesure de l’évolution de l’infection,             le système immunitaire se dégrade et devient incapable             de défendre l’organisme face à toutes sortes de             bactéries, parasites, champignons, virus et à la multiplication             de cellules cancéreuses. Résultat : l’apparition             de maladies que l’on appelle             « infections opportunistes ». Profitant de la faiblesse             du système immunitaire, ces germes, inoffensifs chez les personnes             en bonne santé , trouvent un terrain propice pour se développer.
            
            La recherche a fait des progrès considérables : des             traitements sont aujourd’hui disponibles qui permetttent de             lutter contre la multiplication du virus, de soutenir le système             immunitaire et soigner les maladies opportunistes. Malheureusement             aucun traitement ou projet de vaccin n’a, à ce jour,             réussi à éradiquer le VIH et permettre une             guérison complète.
 
Les antirétroviraux : Le VIH étant             un virus, un « antirétroviral » est un médicament             qui l’empêche de se multiplier dans l’organisme.             Utilisé seul, il a une efficacité limité ; associé             à d’autres médicaments, il est plus performant             : c’est ce qu’on appelle la multi-thérapie,             ou tri-thérapie quand on associe trois médicaments.
            Ces traitements ont permis à des milliers de personnes vivant             avec le VIH de prolonger leur existence dans les meilleures conditions             possibles. Malheureusement, ils ont des effets secondaires importants             : ils peuvent provoquer des déficiences en globules blancs             ou rouges, endommager le pancréas ou les terminaisons nerveuses,             sans oublier les troubles du sommeil, les nausées, les diarrhées.             
            Ces médicaments ne sont pas administrés systématiqu             ement à toutes les personnes séropositives. La mise             sous traitements repose sur des critères biologiques (quantité             de virus, état du système immunitaire) et psychologiques.             

Pour en savoir plus :
            - Sida Info Service 0800 840 840
            - www.sida-info-service.org             


Posté par reservoirdogs à 03:13 - Permalien [#]